dfdfd's FotoPage

By: dfdfd ghjhj

[Recommend this Fotopage] | [Share this Fotopage]
[Archive]
Saturday, 25-Aug-2012 04:39 Email | Share | | Bookmark
269 Pendant doudoune moncler homme doudounes moncler homme mon

Pendant quinze jours il ne fut bruit dans Paris que de cette tentative de vol faite si audacieusement chez lecomte. Le mourant avait signé une déclaration qui indiquait Benedetto comme son assassin. La police futinvitée à lancer tous ses agents sur les traces du meurtrier.Le couteau de Caderousse, la lanterne sourde, le trousseau de clefs et les habits, moins le gilet, qui ne put seretrouver, furent déposés au greffe; le corps fut emporté à la Morgue.À tout le monde le comte répondit que cette aventure s'était passée tandis qu'il était à sa maison d'Auteuil, etqu'il n'en savait par conséquent que ce que lui en avait dit l'abbé Busoni, qui, ce soirlà, par le plus grandhasard, lui avait demandé à passer la nuit chez lui pour faire des recherches dans quelques livres précieux quecontenait sa bibliothèque.Bertuccio seul pâlissait toutes les fois que ce nom de Benedetto était prononcé en sa présence, mais il n'y avaitaucun motif pour que quelqu'un s'aperçût de la pâleur de Bertuccio. doudoune moncler homme Villefort, appelé à constater le crime, avait réclamé l'affaire et conduisait l'instruction avec cette ardeurpassionnée qu'il mettait à toutes les causes criminelles où il était appelé à porter la parole.Mais trois semaines s'étaient déjà passées sans que les recherches les plus actives eussent amené aucunrésultat, et l'on commençait à oublier dans le monde la tentative de vol faite chez le comte et l'assassinat duvoleur par son complice, pour s'occuper du prochain mariage de Mlle Danglars avec le comte AndreaCavalcanti.Ce mariage était à peu près déclaré, le jeune homme était reçu chez le banquier à titre de fiancé.On avait écrit à M. Cavalcanti père, qui avait fort approuvé le mariage, et qui, en exprimant tous ses regrets dece que son service l'empêchait absolument de quitter Parme où il était, déclarait consentir à donner le capital Le comte de MonteCristo, Tome III de cent cinquante mille livres de rente.Il était convenu que les trois millions seraient placés chez Danglars, qui les ferait valoir; quelques personnesavaient bien essayé de donner au jeune homme des doutes sur la solidité de la position de son futur beaupèrequi, depuis quelque temps, éprouvait à la Bourse des pertes réitérées; mais le jeune homme, avec undésintéressement et une confiance sublimes, repoussa tous ces vains propos, dont il eut la délicatesse de nepas dire une seule parole au baron. doudounes moncler homme Aussi le baron adoraitil le comte Andrea Cavalcanti.Il n'en était pas de même de Mlle Eugénie Danglars. Dans sa haine instinctive contre le mariage, elle avaitaccueilli Andrea comme un moyen d'éloigner Morcerf; mais maintenant qu'Andrea se rapprochait trop, ellecommençait à éprouver pour Andrea une visible répulsion.Peutêtre le baron s'en étaitil aperçu; mais comme il ne pouvait attribuer cette répulsion qu'à un caprice, ilavait fait semblant de ne pas s'en apercevoir.Cependant le délai demandé par Beauchamp était presque écoulé. Au reste, Morcerf avait pu apprécier lavaleur du conseil de MonteCristo, quand celuici lui avait dit de laisser tomber les choses d'ellesmêmes;personne n'avait relevé la note sur le général, et nul ne s'était avisé de reconnaître dans l'officier qui avait livréle château de Janina le noble comte siégeant à la Chambre des pairs. moncler homme doudoune Albert ne s'en trouvait pas moins insulté, car l'intention de l'offense était bien certainement dans les quelqueslignes qui l'avaient blessé. En outre, la façon dont Beauchamp avait terminé la conférence avait laissé un amersouvenir dans son coeur. Il caressait donc dans son esprit l'idée de ce duel, dont il espérait, si Beauchampvoulait bien s'y prêter, dérober la cause réelle même à ses témoins.Quant à Beauchamp on ne l'avait pas revu depuis le jour de la visite qu'Albert lui avait faite; et à tous ceux quile demandaient, on répondait qu'il était absent pour un voyage de quelques jours.Où étaitil? personne n'en savait rien.Un matin, Albert fut réveillé par son valet de chambre, qui lui annonçait Beauchamp.


[Archive]

© Pidgin Technologies Ltd. 2016

ns4008464.ip-198-27-69.net